Seminaire Interdisciplinaire de Recherche Appliquée en Santé

 

 

 

RAPPORT

 

SEMINAIRE  

 INTERDISCIPLINAIRE  

DE  RECHERCHE

APPLIQUEE EN SANTE

È

 

SOUS LE COPARRAINAGE DU MINISTÈRE DE L´ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE ET DU MINISTÈRE DE LA SANTE ET DE LA PROTECTION SOCIALE

SÉMINAIRE INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHE APPLIQUÉE EN SANTÉ

(LOME, COA du 14 au 15 Avril  2016)

RAPPORT

Du 14 au 15 Avril 2016, s’est tenu au Centre Omnithérapeutique Africain (COA) sis à Sanguéra derrière UCAO, un séminaire interdisciplinaire de recherche appliquée en Santé (SIRAS)

 

Initié par le Centre Omnithérapeutique Africain COA dans le cadre  de la poursuite de sa vision d´interdisciplinarité et de synergie pour la recherche en santé, ce séminaire est placé sous le coparrainage du Ministère de l´Enseignement Supérieur et de la Recherche   et du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

 

L’objectif du SIRAS consiste à promouvoir la recherche appliquée et le développement expérimental dans le domaine des Sciences de la Santé  et à donner la parole aux chercheurs pour qu'ils puissent connaitre ce que font leurs collègues des différentes institutions dans le domaine de la recherche au Togo.

Plus spécifiquement, il s’agit de :

-          Promouvoir la recherche appliquée et le développement expérimental en science de la santé en s´appuyant sur les ressources locales et l´interdisciplinarité des chercheurs

-          Encourager les relations de collaboration entre des instituts de recherche et le ministère de la santé

-          créer des synergies et des rapprochements concrets entre praticiens et les chercheurs  de la médecine traditionnelle et de la médecine conventionnelle, ainsi qu'avec les autres chercheurs du secteur universitaire (sciences humaines et sciences exactes).

-          Réduire les redondances  dans les activités de recherche.

-          Consolider le rôle du chercheur en science de la santé  dans le système national

Ont pris part à cet atelier, les différents acteurs impliqués dans le système national de recherche, les  représentants des structures en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la santé, de l’environnement et de l’agriculture, de la communication, les chercheurs et les chefs traditionnels ainsi que les praticiens de la médecine conventionnelle et de la médecine traditionnelle. (La liste de participants en annexe)

 

Ce séminaire a connu des phases importantes à savoir la cérémonie d´ouverture, les communications et débats,  les travaux en commission et  la séance d´harmonisation suivie des recommandations.

 

I-                   CEREMONIE D’OUVERTURE

 

La cérémonie d'ouverture a été marquée par trois interventions à savoir:

 

-       L’allocution du Responsable du COA, Prof EKLU-GADEGBEKU Kwashie Christophe

-       L’allocution du représentant du ministre de la santé et de la protection sociale, Mr KOUASSI Alex

-       Le discours d’ouverture du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Professeur BRHOOM Octave Nicoue

 

Le responsable du COA Prof  EKLU-GADEGBEKU Kwashie C, a dans son intervention témoigné sa reconnaissance à ses collègues chercheurs des diverses institutions qui ont répondu à cette invitation  et a souligné que ce séminaire interdisciplinaire de recherche appliquée  est un moment symbolique important pour réfléchir sur notre système de santé. Il a par-ailleurs rappelé l’importante richesse que constitue la médecine traditionnelle, gage de notre patrimoine, notre identité culturelle et une source de matière de recherche pour le développement durable du système sanitaire de notre pays

Il a enfin remercié le gouvernement qui a su mettre en place un cadre réglementaire favorisant la collaboration entre les différents acteurs  en santé.

 

De sa part, Mr KOUASSI Alex, le Chef  Division des Etudes et Recherches au Ministère de la Santé représentant le Ministre de la Santé et de la Protection Sociale Prof Moustafa MIJIYAWA, a d’abord transmis les salutations du Ministre aux participants.

Il  a ensuite énuméré  les différents travaux entrepris par le Ministère de la Santé  et les engagements auxquels le TOGO a souscrit en matière de la recherche en santé.

Il a également fait un bref  état des lieux des travaux de recherche réalisés par leur institution et exhorté les chercheurs à s´inscrire pour une synergie des actions de recherche.

Il a enfin transmis  le remerciement du Ministre de la Santé et de la Protection sociale  aux responsables du Centre Omnithérapeutique Africain (COA) pour leur initiative de redynamiser la recherche en matière de santé au Togo et a terminé son allocution sur  la promesse du  Ministre en charge de la santé, d´ accompagner le centre  COA en vue de l’atteinte des objectifs dans l’intérêt de la population.

 

Dans son discours d’ouverture le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, après avoir souhaité la cordiale bienvenue aux participants, a souligné la nécessité   d´une mobilisation planétaire et coordonnée de l’ensemble des acteurs de diverses disciplines en l´occurrence les chercheurs universitaires, les médecins, les thérapeutes, les politiques, et les acteurs des secteurs agricole, environnemental, industriel, socioculturel face au caractère mondial  des menaces sanitaires. Il a affirmé que la responsabilité n’est plus celle d’un Etat, d’un gouvernement, ni même d’un continent ; nous sommes tous liés, solidaires, que nous le voulions ou non, et il convient d’en tirer les conséquences.

 

Il a ensuite précisé que le SIRAS s’inscrit pleinement dans les programmes de recherche de l’enseignement supérieur axés sur l’optimisation des compétences et la valorisation des travaux de recherche au service de la population togolaise. Après avoir exprimé les reformes entreprises depuis plusieurs années par  le gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République  Son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE, il a abordé les grands défis auxquels fait face le secteur de recherche au TOGO.

 

Thème par thème, le Ministre de l´Enseignement Supérieur et de la Recherche a montré l´importance des différentes conférences prévues au SIRAS. Il a salué l’initiative des enseignants-chercheurs du Centre Omnithérapeutique Africain qui travaillent avec acharnement depuis plusieurs années à un rapprochement de la médecine traditionnelle et de la médecine conventionnelle, à la promotion d’une médecine adaptée à nos réalités, et ce dans le cadre d’une grande interdisciplinarité. Enfin, il a ouvert le seminaire en souhaitant un plein succès aux travaux et  sans oublié de  rassurer le COA du soutien du Gouvernement.

 

 

II-                MISE EN PLACE DU PRÉSIDIUM DU SÉMINAIRE

 

Un bureau de trois (3) membres a été mis en place pour conduire les travaux du séminaire. Il est composé de :

-       Président : Pr AMEDÉGNATO Degnon, Professeur Titulaire en gastroentérologie Président de l’ordre des médecins du Togo

-       1er  Rapporteur Dr KUEVIAKOE Ekoé, Anthropologue chercheur à  UL

-       2ème Rapporteur, Dr GOTO Chantal, Toxicologue, chercheur à l’ITRA

 

Après la présentation des participants et le programme de la journée, le président à inviter les présentateurs à prendre place.

 

 

III COMMUNICATIONS ET DEBATS

 

Placés sous la présidence du Professeur AMEDEGNATO Degnon, les communications et débats ont débuté à 10 h 30min.

Les communications du SIRAS ont  été structurées en trois sessions selon les axes thématiques suivants :

1-      Collaboration et recherche appliquée en santé

2-      Ingénierie Locale et Dispositifs médicaux

3-      Médicaments, aliments et techniques

 

SESSION I : LA COLLABORATION ET RECHERCHE APPLIQUEE EN SANTE

 

Cette session a été placée sous la modération du professeur AMEDEGNATON Degnon.

La première présentation de cette session intitulée « Aperçu de la recherche au Togo » a été présenté par le Professeur KOKOU Kouami,  Directeur Général de l´Institut National de la Recherche Scientifique INRS. Le conférencier Prof KOKOU  a succinctement présenté le tableau de l’état de la recherche appliquée au TOGO. Un champ de recherche très vaste mais qui souffre énormément de plusieurs maux.

Le conférencier a montré que le champ de la recherche appliquée est amputé de beaucoup de faiblesse tels que :

      Insuffisance des infrastructures, manque d’un Système d’innovation et faible tissu industriel ;

      Ressources humaines limitées

      Système de diffusion des résultats de science et technologie peu organisé avec des indicateurs de STI difficiles à mesurer ;

      Faible financement de la recherche par rapport aux recommandations de la CEDEAO qui est 0,5 du PIB des pays et de 1% recommandé par la commission de l’UA.

      Manque de visibilité de la politique nationale de la recherche ;

      Insuffisance de collaboration inter-instituts et intra-instituts ;

Toutefois il existe des institutions de recherches  avec d’excellents résultats au Togo tels que

      L’Institut Togolais de Recherche Agricole (ITRA) ;

      L’Université de Lomé ;

      L’Université de Kara ;

      Le Centre de Construction et de logement (CCL) ;

      La Direction des Mines

}  Institutions internationales:

      Le centre international pour la fertilité des sols (IFDC);

      La société internationale de linguistique (SIL).

Ces différentes institutions œuvrent dans des domaines de l’agriculture, la santé et nutrition, l’économie, les ressources minières, les ressources forestières, l’eau et l’environnement, la sociologie et les langues, l’histoire, la biologie et l’énergie, l’océanographie, l’éducation, le changement climatique, la pharmacopée et la médecine traditionnelle

Le Pr KOKOU a invité les chercheurs à saisir quelques opportunités de financement de recherche et développement qui s’offrent à eux au niveau de la CEDEAO, de l’Institut National de la Propriété industrielle et de la Technologie (INPIT,) et des ministères en charge de l’agriculture et de l’environnement 

A la fin de cette présentation les participants ont exprimé leurs préoccupations sur la protection de leur produit,  le problème du cadre de valorisation de leur produit ou médicaments traditionnel, et surtout le cadre de protection des innovations traditionnelles relative à la thérapie

SESSION II : INGENIERIE LOCALE ET DISPOSITFS MEDICAUX 

Cette session a  enregistré deux communications et a été modérée par Dr TCHAOU Mazamaesso Dr en Imagerie et radiologie, Enseigant à UL

La première communication intitulée « Application de la technologie a la conception des dispositifs médicaux » a été présentée par Mr AKAKPO Kossi  A. Ingénieur à l´ENSI-UL

Dans sa présentation, il a montré qu’il est possible de concevoir et de fabriquer à moindre coût des équipements et matériels localement en tenant compte des réalités endogènes des praticiens de la santé . L’illustration a été faite à travers une application en 3D montrant des appareils performants mis au point dans le pays et qui répondent parfaitement aux besoins des utilisateurs.

 

Dans le même sillage Mr EDOHR Senom Ingenieur en Science d´information, abordant la deuxième thématique de la deuxième session, a fait une communication originale sur « La technologie d’information, de communication  et de gestion en santé ».

L’orateur a présenté un schéma de communication virtuel permettant de créer une plateforme sur laquelle les acteurs de la recherche appliquée en santé peuvent se retrouver et échanger les informations pour une bonne mutualisation des savoirs.

Il a également présenté un système informatisé de gestion des structures de santé qui constitue une nouvelle approche de gestion et de surveillances des prestations des praticiens dans les hôpitaux du Togo. Ce système de gestion informatisé permettrait de résoudre drastiquement les problèmes de corruption, de malversation et d’absentéisme des praticiens des Centres hospitaliers publiques et privés et d’améliorer l’image des prestations de santé.

Les participants ont essentiellement félicité l’originalité et l’esprit d’innovation de ces deux communications.

 

SESSION III : MEDICAMENTS, ALIMENTS ET TECHNIQUES  MEDICALE

Trois communications ont meublé cette dernière session sous la modération du Professeur AKLIKOKOU Kodjo Prof titulaire en Physiologie animale,  Directeur adjoint de l’Office du BAC.

La première présentation intitulée « La Recherche clinique en santé au TOGO » a été faite par le Professeur AMEDEGNATO Degnon,  Président de l´Ordre des Médecins du TOGO, Enseignant Chercheur á  l´UL. Il a dressé le profil sombre de la recherche clinique au Togo et a déploré le cloisonnement qui existe entre les chercheurs à l’université. Etant lui-même un produit de la médecine conventionnelle il a reconnu qu’il est très difficile à certains  médecins conventionnels d’entrevoir un itinéraire thérapeutique autre que celle de la médecine conventionnelle qu’ils ont appris au cours de leur formation.  Il a exhorté ces collègues à plus d´ouverture d´esprit.

La deuxième communication qui s’articule sur « Le développement des médicaments au Togo » a été faite par le Professeur EKLU-GADEGBEKU Kwashie, Toxicologue, Responsable du COA, chef de département de physiologie/pharmacologie à la Faculté Des Sciences de l’Université de Lomé. Il a montré le processus très complexe, très couteux (2 milliards US) et très long (12 à 20 ans) qu’il faut pour la mise sur le marché d’une molécule comme médicament en matière de santé. Dans ces conditions il serait impossible à un chercheur togolais d’avoir des moyens matériels pour s’engager dans le domaine  très onéreux  de développement des médicaments comme souhaité par l´occident.

Il a conclu en soulignant que la pharmacopée est une solution accessible aux chercheurs  togolais. Une meilleure coordination des activités des chercheurs et des praticiens couplée à l’amélioration de leurs conditions de travail peuvent permettre de produire des médicaments naturels améliorés et commercialisable sur le marché local et régional.

La dernière communication de la journée intitulée «La place de la médecine traditionnelle  dans la recherche appliquée en santé » a été présentée par le Professeur BATAWILA Komlan, Botaniste Enseignant -chercheur, Directeur des ressources humaines à l’Université de Lomé.

Ce dernier a montré les potentialités de l’ethnobotanique qui occupe une place très importante dans la médecine traditionnelle. Il a mis un accent particulier sur les travaux de recherches qui ont permis de valider certains produits de la médecine traditionnelle. Il a insisté sur la complémentarité des démarches expérimentales en  pharmacologie, toxicologie et phytochimie etc. pour la valorisation des produits locaux qui se sont révélés efficaces dans le traitement de certaines maladies.

Après les discussions en plénière qui ont permis d’enrichir les trois derniers exposés, la première journée a pris fin sur une note de satisfaction générale à 17H45.

 

IV TRAVAUX EN COMMISSION DU SIRAS

                   

Le 15  Avril 2016 et précisément à 8h 30  a débuté la deuxième journée du séminaire consacrée aux travaux en commissions  relatives aux différentes thématiques abordées au cours du séminaire. Il s’agit de Commission (i) collaboration et recherche appliquée en santé présidée par le Médecin Dr ABA EKLU Gudrun , Commission (ii) outils, matériaux et appareils sanitaires présidée par le Microbiologiste Dr ADJRAH Yao, Commission (iii) médicaments, aliments et techniques médicales le Physiologiste Dr METOWOGO Kossi.

On a noté que les différents travaux en commissions ont permis aux  participants d´échanger sur les déterminants de la santé au Togo, les expériences professionnelles, les hypothèses de recherche appliquée en santé et le développement expérimental, l´instauration et  la gestion durable  de la santé et de l´environnement, le système d´éducation et de formation en santé, la vulgarisation des résultats de recherche, la mise en place d´un réseau interdisciplinaire, la stratégie de mobilisation des fonds, l´éthique,  la propriété intellectuelle.  Aussi, ont-ils identifié les principaux défis et atouts en la matière ainsi que des activités prioritaires.

Après analyse de la situation, les participants ont noté avec regret qu’il n’existe pas à ce jour un réseau de recherche appliqué en Santé ni entre les chercheurs des Universités et instituions de recherche et les praticiens de la médecine traditionnelle,   ni entre ces derniers et les praticiens de la médecine conventionnelle, ni entre les chercheurs et les praticiens de la médecine conventionnelle. Ils ont  constaté que toutes les potentialités en ressources humaines et en qualifications locales sont disponibles dans le pays. Ceci constitue une force certaine.

Après des discussions très enrichissantes essentiellement axées sur les préoccupations de création d’un réseau pluridisciplinaire  de recherche appliquée les participants ont décidé de mettre en place un Réseau National de Recherche Appliquée en Santé  (RENARAS). Un Réseau qui travaillera en étroite collaboration avec toutes les institutions de recherches de la place et qui peut solliciter des partenariats au plan régional et international.

 

Au terme des échanges, les participants ont formulé les recommandations suivantes :  

 

V RECOMMANDATIONS

 

1.      A l’endroit du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

-          Mettre en place des cadres juridiques pour une meilleure coordination  et collaboration entre les chercheurs

-          Accompagner les chercheurs togolais dans la mise sur pied effective du Réseau National de Recherche Appliquée en Santé  (RENARAS)

-          Faciliter la mise en place d’un cadre de transfert, de diffusion et de vulgarisation des résultats de recherche

 

2.      A l’endroit du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale

-          Appuyer l´installation, la formalisation et l´opérationnalisation du Réseau  National de Recherche Appliqué en Santé

-          Faciliter l´application des résultats de la recherche en santé  au TOGO

-          Promouvoir le rapprochement entre la médecine traditionnelle,  la médecine conventionnelle et les centres de recherche.

-          Mettre en place un cadre réglementaire favorable au développement de la médecine togolaise : une médecine adaptée aux réalités  togolaises

 

3.     A l’endroit du Ministère en charge de l’Agriculture

-          Promouvoir une agriculture saine au TOGO

-          Promouvoir la recherche agroalimentaire focalisée sur l’utilisation rationnelle des ressources alimentaires locales

-          Sensibiliser la population et surtout les agriculteurs sur  les effets néfastes  liés à  l’utilisation abusive des produits chimiques et éventuellement des OGM au Togo

 

4.      A l’endroit du Ministère en charge du Commerce

-          Promouvoir le contrôle qualité de denrées alimentaires importées avant leur commercialisation sur le territoire national.

-          Soutenir le commerce des produits nationaux sains

 

5.      A l’endroit Ministère en charge de l’Enseignement Primaire et Secondaire

-         Elaborer un module d’éducation à la santé adapté aux besoins nationaux.

 

6.      A l’endroit Ministère en charge de la Communication

-         Appuyer le COA et les chercheurs dans la sensibilisation et l’éducation de la population

 

7.      A l’endroit de l’OOAS

-          Accompagner les chercheurs dans la réalisation et dans la vulgarisation des recherches en santé

 

8.      A l’endroit des Partenaires techniques et financiers

-          Appuyer techniquement et financièrement la recherche appliquée en santé au TOGO

-          Soutenir la mise en place du Réseau National de la Recherche Appliquée au TOGO

-          Accompagner les chercheurs dans le transfert des résultats de recherche

 

9.      A l’endroit du COA

-          Suivre la mise en œuvre des recommandations du présent séminaire.

-          Accentuer les recherches sur les bonnes pratiques médicinales adaptées aux réalités togolaises

-          Poursuivre les actions de formalisation du  Réseau National de Recherche Appliquée en Santé 

-          Transmettre le rapport du dudit séminaire au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et au ministère chargé de la santé  et aux institutions nationales et internationales

 

10.  A l’endroit l’Assemblée nationale

-         Réglementer l’importation, la commercialisation et l’utilisation au Togo des produits dangereux  à la santé et à l´environnement 

 

11.  A l’endroit la population et le secteur privé

-          Prêter une oreille attentive aux sensibilisations relatives à la protection de la santé

-          Soutenir  financièrement la recherche au TOGO

12. A l’endroit de la HAAC

-          s’assurer de la qualité des produits sujets à des publicités auprès des autorités compétentes avant d’autoriser leurs passages sur les médias afin de protéger la santé

 

VI REMERCIEMENT

 

A l’issue de leurs travaux, les participants ont adressé :

-          leurs vifs remerciements au chef de l´Etat togolais et au gouvernement pour son engagement  dans la mise en place des reformes pour l’amélioration du système de santé pour l’atteinte des Objectifs du Développement Durable

 

-          leurs sincères remerciements au Ministre de l´Enseignement supérieur et de la Recherche  et au Ministre de la Santé et de la Protection Sociale pour leur soutien au SIRAS

 

-          leurs remerciements au Ministre de l´Intérieur et de la Sécurité  pour les mesures de sécurité prises par la présence des policiers et gendarmes.

 

-          leur gratitude aux fondateurs du COA  pour cette noble initiative

-          leur reconnaissance  à toute l´équipe du COA pour l´accueil, l´hospitalité et l´engagement pour l´interdisciplinarité et la conciliation des deux systèmes de santé,

 

-          leur sincère reconnaissance aux conférenciers  Prof KOKOU Kouami, Ing. AKAKPO Kossi A, Ing EDORH Senom, Prof EKLU-GADEGBEKU Kwashie, Prof BATAWILA Komlan,   pour l’excellence de leurs riches interventions,

 

-          leurs félicitations  au Prof. AMEDEGNATO Degnon pour sa présidence et son franc-parler  

 

-          leurs remerciements au Dr TCHAOU Mazamaesso  et Prof  AKLIKOKOU Kodjo  pour leur qualité de modérateur et  leurs riches enseignements et conseils prodigués

 

-          Leurs félicitations aux Rapporteurs Dr KOUEVIAKOE Ekoe et Dr GOTO Chantal pour la fidélité du rapport.

 

-          leur sincère reconnaissance à l’endroit du comité d´organisation dirigé par  le Coordonnateur du COA ABA EKLU Abatévi.  

 

Un cocktail de fin fut offert aux participants et  le séminaire fut clôturé  vendredi le 15 Avril à 13 h 00 par une satisfaction de tous les participants tant par sa pertinence, son originalité et ses actes réalistes et innovants

 

Fait à COA, le 15 Avril 2016

 

LE SIRAS

 

Reseau de Soutien au COA

 



                                                                                                                                                                                                 

 

 Qu’est-ce que le Réseau de Soutien au COA ou le Reseau d´Echange et de Valorisation des Savoirs?

La notion d´interdisciplinarité, de collaboration et d´humanisme, tout court la notion de famille nous pousse à développer un réseau de soutien au COA. Ce réseau de soutien est un moyen de sauvegarder le dialogue entre Patients et Soignants, entre les sympathisants et les agents du COA, entre fondateurs et les associés etc.

Nous sommes conscients que nos connaissances sont limitées à propos du nombre de volontaires désireux de soutenir nos  projets en matière de la médecine et de l´environnement. Nous en savons encore moins sur les compétences étouffées par manque de moyens matériels ou financiers. Les simples connaissances naturelles de médecines disparaissent par fautes de moyens, alors que de nombreuses personnes cherchent à offrir leur richesse  matérielle ou morale pour le perfectionnement de la medecine, de nos thérapies et de médecines traditionnelles ou pour l´amélioration de nos conditions de vie.

Le réseau de soutien au COA pourra faciliter le regroupement et le partage des expériences et idées afin de mettre en commun les ressources et l’expertise, ce qui nous permettra d’évaluer nos services et d´être plus efficaces.

ACTIVITÉS DU RESEAU DE SOUTIEN AU COA


Le Réseau de Soutien au COA appuie les soins de santé, la recherche et l´enseignement superieure des médecines en science et pratique medicale mixte, la recherche et l´amélioration des médicaments naturels, la sensibilisation de la population et la protection de l´environnement.
Notre souhait est de l´étendre sur les cinq continents. Plus il est vaste et varié c´est-à dire ouvert à tous (donc à toutes les compétences) plus nous trouverons des réponses à nos problèmes de santé et de l´environnement.
Avec l´engagement de tous, nous essayons d´établir des liens avec des individus, des associations, des sociétés et des organisations œuvrant pour la protection de la santé et de l´environnement. Donc n´hésitez pas à communiquer notre adresse aux proches.

AVANTAGES

L´appartenance au réseau de soutien COA vous offre des opportunités :
• de rencontrer des personnes ressources agréables avec lesquelles vous pourriez établir des liens de collaboration ou de partenariat.
• D´un site Web d’information et une plate-forme de communication pour échanger des idées, communiquer vos impressions, inquiétudes et savoirs et de bénéficier gratuitement des conseils.
• de bénéficier gratuitement des prestations du COA
• d´ accès aux collègues et aux idées sur la recherche en médecine conventionnelle et en médecine traditionnelle

QUI PEUT ADHERER AU RESEAU?

Le Réseau vise tous ceux qui s’intéressent et qui sont prêts à contribuer à la protection de la santé, à l´environnement, à la promotion des sciences medicale et surtout à la collaboration entre les chercheurs universitairesles, les praticiens de la médecine conventionnelle et les praticiens de  la médecine traditionnelle.


Vous pouvez vous inscrire directement en cliquant sur le lien Formulaire d´Adhésion au Réseau de Soutien au COA

COMMENT SOUTENIR COA ?

Les domaines d´action du COA sont diverses. Les attentes des membres du réseau sont aussi diversifiées. Pour répondre aux besoins particuliers des membres, des associations et des entreprises, le COA développe trois types de soutien:

A) Soutien Simple

Le don simple est une façon d´ exprimer votre solidarité et soutien ou celle de votre association ou entreprise à un ou plusieurs projets de COA.
(1) Soutien financier: est un don financier qui permet d’agir presque rapidement.
(2) Soutien en nature: est un soutien qui consiste à mettre gracieusement ses propres produits ou services de son entreprise à la disposition du COA.

COA met à votre disposition la liste des actions à soutenir. Cette liste vous permettra d´avoir le choix des actions ou causes qui correspondent le mieux à vos enjeux, votre environnement ou votre activité.

Chaque donateur a une transparence totale sur l’usage de son don. Il bénéfice également des avantages fiscaux.

B) Soutien mutuel

Grâce aux actions conjointes menées avec le COA vous mobilisez les membres du Réseau de Soutien au service de la cause de votre choix.
(1) Soutien partagé: sur une activité (Formation, Conférence, etc.) ou la vente d’un produit précis et pour une période déterminée, une partie de la marge bénéficiaire est consacrée à la cause de votre choix.
(2) Soutien de fidélité : Consiste à offrir au COA une partie de ses revenues mensuelles au profit d’une action que vous avez choisie
.
(3) Soutien de solidarité : vous donnez à vos collègues et clients la possibilité d’effectuer des dons en faveur de la (ou des) cause(s) de leur choix dans une liste que vous avez établie en tenant compte des programmes de COA
(4) Soutiens spéciaux : ce sont des collectes associées à des événements particuliers (épidémie, famine …)
(5) Soutien de compétence : vous agissez dans votre domaine d’expertise et participez ainsi à un projet en y impliquant vos compétences.
Vous avez toujours la possibilité de choisir les actions qui correspondent le mieux à votre personnalité, à votre environnement ou votre activité.

C) Soutien associé

Lorsqu’une association de protection de la santé ou de l´environnement passe à travers le réseau de soutien ou sollicite les services ou compétences du COA pour atteindre un objectif d’intérêt général.
Votre association ou entreprise prend donc l’engagement d´affecter des biens, des droits, des ressources à une œuvre de son choix qui ne figure pas dans le programme à court terme établi par COA.


LES ENGAGEMENTS DU COA ENVERS CHAQUE MEMBRE DU RESEAU DE SOUTIEN

Vous êtes membres du réseau de soutien au COA ou vous avez fait un don ou un legs au COA.
Le COA vous donne une attestation et son engagement vous permettant de :
1. Avoir la confirmation que COA est en possession de votre subvention, don ou legs.
2. Etre à l’écoute de vos attentes

3. Vous garantir l’affectation scrupuleuse de vos dons à la cause choisie.
4. Vous transmettre régulièrement les rapports effectifs des projets soutenus grâce à vous.
5. Gérer vos dons et fonds avec rigueur sous le contrôle du Comité du Réseau de soutien Au COA en confiance.
6. Mettre à votre disposition des papiers facilitant les démarches fiscales.
7. Mettre à votre disposition des outils pour la communication sur le partenariat.
8. Vous (Responsable d´ association ou d´entreprise) proposer un cadre contractuel clair et sûr, comprenant tous les aspects légaux, administratifs, financiers, fiscaux, juridiques et de communication.
9. Vous accompagner tout au long du partenariat
Vous informer régulièrement sur l’activité et les temps forts du COA

Action Internationale de Cooperation Therapeutique

Divers acteurs de médecine et d´écologie entreprennent à titre individuel de nombreuses actions de protection de la santé et de l´écologie sans aucun soutien institutionnel et sans aucune coordination à l'échelon national, régional ou international. Cette situation mène souvent à un gaspillage des efforts et à un usage peu efficace des ressources disponibles.
 
C’est dans l’optique de susciter la création des réseaux thérapeutiques spécialisés dans la recherche, la prise en charge des différentes pathologies et dans la protection de la biodiversité que le COA (Centre Omnithérapeutique Africain) a  organisé une ACTION INTERNATIONALE DE COOPERATION THERAPEUTIQUE POUR LA SANTE ET L´ECOLOGIE (AICT)

Cet atelier AICT, s´est situé dans le cadre

Lire la suite : Action Internationale de Cooperation Therapeutique

Collaborateurs du COA

 

 

amedegnato.jpg - 61.11 kb

 

 Prof AMEDEGNATO Degnon

Professeur titulaire en Médecine interne, Spécialiste en Thérapeutique

President du Conseil d´Administration  du COA

Président de l´Ordre des Médecins du TOGO

 

 

 

 

 

 

Prof EKLU-GADEGBEKU Kwashi

Professeur titulaire en Pharmacologie

Chef de département de Physiologie animale  Universit. Lome

Responsable du COA

 

 


 

 Prof Dr Med LANGHORST Jost

Professeur Docteur Médecin Gastro-entérologue, Chef de département de Gastro-entérologie intégrative à Essen-Klinikum

 

 

 

 

 

 Prof DJASSOA Gnansa

Professeur titulaire Psychologue, Psychothérapeute au CHU-campus

Ecrivain Auteur :

Méthodologie de la recherche scientifique en psychologie: Une démarche algorithmique

 

 

 

 Prof CREPPY Edmond E.

Professeur en Toxicologie,

Directeur du Laboratoire de Toxicologie et d´Hygiène Appliquée à Université Victor Segalen Bordeaux II, Président Honoraire de la Société Française de Toxicologie, Membre Honoraire d’EUROTOX, Lauréat de l’Académie de Médecine (2001)

 

 

 

 


Co-fond/ Dr ABA EKLU Gudrun (geb. MENZ)

Co-fondatrice du COA,  Docteur Médecin

Adminstratrice du CMM-COA

Homéopathe, Conseillère en Santé

 

 

 


Prof BATAWILA Komlan

Professeur titulaire en Botanique

Directeur des ressources humaines à l´ UL

 

 

 

 Dr FLEIG Berthold

Docteur Médecin Généraliste, Homéopathe

Spécialiste en Médecine Tropicale

 

 

 

 

 

 

Dr AGBOKOU Régine

Docteur  en Pharmacie, Homéopathe

 

 

 

 Dr  GREIN Walter

Docteur Médecin spécialiste  en Gynécologie, Chirurgie en Naturothérapie et Hypnose thérapeutique, Ancien Chef médecin de maternité de CHU, Clinique Betesta d´Agou (Togo), Clinique à Leutkirch et à Bad Wurzach Allemagne)

 

 

 

 

 

Dr AIDAM Atsou

Dr en physiologie végétale

Enseignant à l´UL

 

 

 

Dr AHLONKO T. Bruce

Docteur médecin Pédiatre, Homéopathe

 

 

 

Dr SCHÄFER Andrea

Docteur Médecin Généraliste,

Naturopathe, Spécialiste de Sangsue

 

 

 

 

 

Dr ETSE Kodjo Djidjole

Docteur en Physiologie et biotechnologies végétales, Enseignant à l´UL

Administrateur du JCPMA-COA

 

 

 

Rvd. Père FADIKPE Antoine

Prêtre et Moine Ermite, Ecrivain

 

 

 

Prof AGBAGLAH Messan

Docteur en Sciences Economiques

Professeur Adjoint à l´Université de Sherbrooke Canada

 

 

 

 


Mr. ALEZA Mazabalo

Juriste, Spécialiste du droit de la santé et de Bioéthique. Expert près les tribunaux et cours d´appel du TOGO 

 

 

 

 


Mme PASQUALE Rita

Homéopathe, Spécialiste en Trituration

 

 

 

 

 

 

Mr. ODONKOR Kwamivi Richard

Professeur d´Histoire- Géographie, Spécialiste en Evaluation certificative, Ex-directeur des Examens, Concours et Certifications de l´ Enseignement technique TOGO