Discours du Ministre de la Santé

C’est un réel plaisir pour moi de prendre la parole au nom de SEM le Ministre de la, empêché, pour souhaiter à vous tous une cordiale bienvenue à cette importante rencontre ; une bienvenue toute particulière en terre togolaise aux différentes délégations venues de France, d’Allemagne, de Suisse, de Gambie, de Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso.

 

Cette rencontre est sans aucun doute une première ; elle est inédite et primordiale, car elle regroupe des chercheurs, des médecins, des thérapeutes d’horizons divers tous préoccupés par la qualité de vie en général et la santé de l’Homme en particulier. L’Homme, tout au long de son histoire, sans distinction de race, de religion de culture, de niveau d’instruction, cherche à se maintenir en vie le plus longtemps que possible et en bonne santé. Et je pense que c’est dans cette optique que les organisateurs ont initié ces assises de haute portée scientifique et multiculturelle. Je tiens d’ores et déjà à les féliciter et à les encourager.

L’occasion est aussi celle de l’inauguration du Centre Omnithérapeutique Africain (COA) où se déroulent les travaux. Pour le Togo, l’Afrique et même la Communauté internationale, ce premier cadre d’interdisciplinarité (entre médecins, thérapeutes, chercheurs universitaires, économistes, agro-forestiers, juristes et religieux) servira à œuvrer ensemble pour la promotion de la santé, le renforcement des compétences par un enseignement de qualité, la préservation de l’environnement et la valorisation les potentialités culturelles des peuples africains.

Mesdames, Messieurs,

Le Gouvernement togolais, encourage la collaboration entre les praticiens des secteurs traditionnels conventionnels de santé, d’une part et les institutions de recherche d’autre part. il a ainsi traduit dans les faits cette volonté politique par la création depuis 1991, d’un Service National de la Médecine Traditionnelle et la promulgation par le Chef de l’Etat, sans tarder, de la loi N° 2009-007 portant code de la santé publique avec des volets relatifs à la médecine et à la pharmacopée traditionnelles, loi votée en mai 2009 par l’Assemblée Nationale.

Chers participants, les actions que vous entreprenez s’inscrivent aussi dans la ligne de l’effort national en matière de promotion de la santé de nos laborieuses populations. Comme vous le savez, les défis qui nous attendent sont nombreux et nous devons œuvrer ensemble et inlassablement. Pour les relever ; je voudrais juste en énumérer quelques-uns tels que :

L’inexistence d’une véritable pharmacopée togolaise, voire africaine, si je ne m’en abuse ;

L’insuffisance ou si ce n’est même l’inexistence d’une terminologie locale en anatomie, botanique, physiologie et parfois en pathologie ;

La difficile intégration des médecines dites traditionnelles ou alternatives dans le système national de santé ;

L’insuffisance d’encadrement des praticiens de la médecine traditionnelle parmi lesquels il y en a de malhonnêtes qui profitent de la naïveté et de l’ignorance de la population, jetant ainsi du discrédit sur l’ensemble des praticiens.

Nous apprécions à juste titre l’initiative de la création du COA et sa dotation d’un Institut Africain des Médecines Alternatives (IAMA), d’une Unité Pilote de Recherche et d’Amélioration des Produits (UPRAP), d’un Cabinet de Médecine Mixte (CMM) et d’un Jardin et Conservatoire des Plantes médicinales Africaines (JCPMA) ainsi que l’organisation de ce séminaire que vous avez intitulé « Action Internationale de Coopération Thérapeutique, AICT » ; elles contribueront, j’en suis convaincu, à trouver des solutions appropriées aux nombreux défis (dont je viens d’en énumérer quelques-uns) lesquels minent la base fondamentale du développement de l’Afrique.

Pour terminer, je voudrais vous assurer de la disponibilité du Ministère de la Santé, en ce qui le concerne, à soutenir vos actions de coopération et d’interdisciplinarité afin de contribuer à l’amélioration du cadre sanitaire et faire face aux défis majeurs du développement intégral.

Je souhaite vivement que vos travaux débouchent sur des résolutions et recommandations pertinentes allant dans le sens des stratégies de collaboration effective et efficace entre les médecins, chercheurs, thérapeutes de tous ordres, religieux, laïcs, etc. pour une meilleure protection de la santé et du cadre de vie des populations.

Nos vœux de réussite accompagnent le COA et l’AICT !

Je souhaite plein succès à vos assises et déclare ouverts, au nom de SEM le Ministre de la Santé, les travaux de l’Action Internationale de Coopération Thérapeutique et le Centre Omnithéraeutique Africain.

Merci de votre aimable attention.